Errances d’encre

Et si le regard avait son écriture, son cheminement ?

Au crayon pour commencer, le geste premier, celui qui contient tous les possibles,
Puis à l’encre probablement …Noire de préférence pour poursuivre l’esquisse et
laisser la trace sur le papier, Ligne d’accroche pour les yeux, qui sans rupture,
crée structure, puis en dessine la continuité.
Le regard devient alors outil, médium, matériau et la ligne son Fil conducteur et infini…

Le cheminement ci-dessus me paraît assez naturel pour créer un dessin, une peinture. Pourtant lorsque j’ai réalisé la peinture ci-dessous, je n’ai pas appliqué ce protocole. Bien au contraire. Tout est parti de la tache d’encre, celle qui coule et s’exprime, une tache d’encre grise, verdâtre que j’avais fabriquée la veille. Je me suis liée à elle dans ses errances et restais attentive à ses suggestions. Peu à peu le bleu s’imposait pour poser les interstices d’un rythme pictural de plus en plus perceptible. Puis des traits noirs, souples et vifs de différentes épaisseurs en soulignèrent la dynamique graphique qui s’imposait à ma main et évoluait naturellement vers le motif.

Eliane-KarakayaForêt Rhénane
Encre et aquarelle – 52 x 72 cm

 (c) Texte et peinture Eliane Karakaya

 

Publicités

A propos elianekarakaya

Web :https://www.karakaya.fr Blog : https://elianekarakaya.wordpress.com
Cet article, publié dans Errances, Les forêts rhénanes, Rythmes et Forces, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s