Souvenance d’un orage

A la sortie de l’hiver, on peut rêver ou désirer l’été, les souvenirs s’éveillent alors et s’ouvrent à notre mémoire comme les bourgeons au printemps ! Le texte et la peinture ci-dessous ont été réalisés en été mais je vous les propose aujourd’hui.

100

 – Dimension 100 x 100 cm –

« La terre était silence mais le combat imminent. Une lumière irradiante s’opposait à de lourds amas nuageux sombres et hurlants. Les éléments se chargèrent alors subitement de forces immatérielles, les arbres ployaient sous le vent.

La réflexion de multiples lueurs sur la surface miroitante de l’eau propageait une tension insoutenable pour le regard. Puis un martèlement puissant envahit les lieux. La trajectoire d’une pluie drue instaura des rythmes nouveaux dans mon champ perceptif et visuel et inversa mes repères. Terre et Eau semblaient soudainement suspendues au Feu du ciel. »

« Orage sur le Karpfenloch – Forêt de la Robertsau à Strasbourg »

© Texte et peinture Eliane Karakaya

Publicités

A propos elianekarakaya

Web :https://www.karakaya.fr Blog : https://elianekarakaya.wordpress.com
Cet article, publié dans Les forêts rhénanes, Rythmes et Forces, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s