Le Rhin entre Vosges et Forêt Noire

Image00002

Image00001

Image00003

Cet après-midi je marchais sur la digue le long du Rhin, les péniches descendaient le fleuve, elles transportaient diverses marchandises, l’une d’elles était chargée d’objets métalliques, une autre de sable et de graviers, et une autre encore transportait des containers rouges sur lesquels était inscrit en lettres capitales Rotterdam. Elles me rappelaient que le Rhin, cet enfant sauvage et rebelle qu’évoquait Hölderlin dans son poème Le Rhin,  prenait sa source dans le Tessin, libérait sa force aux chutes de Schaffhausen pour poursuivre sa course  en poussant la porte ultime vers la Mer du nord, libératrice, à Rotterdam.

Publicités

A propos elianekarakaya

Web :https://www.karakaya.fr Blog : https://elianekarakaya.wordpress.com
Cet article, publié dans Rythmes et Forces, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s